+855 (0)974 638 616 [email protected]

Auckland, Nouvelle-Zélande, 8 octobre 2011.

Les équipes majeures du rugby sont prêtes à s’affronter à moins de trois semaines de consacrer la nation qui inscrira son nom au palmarès de la fameuse coupe Webb Ellis. Il est temps de se retourner sur ces quatre premières semaines festives et de compter les essais…

9 Septembre 2011, 16h00 sur le port d’Auckland

Toute la planète ovale a les yeux rivés vers la Nouvelle-Zélande et Auckland, attendant le match d’ouverture entre les All Blacks, pays hôte et la petite équipe du pacifique, les Tonga. L’attente a été longue. Tous les rugbymans du monde entier et passionnés se remémorent encore la victoire, il y a quatre ans, de l’équipe sud-africaine contre l’Angleterre sur le sol parisien.

A Auckland, la ville est de toutes les couleurs voyant arriver du monde entier des gens parés de leur tenue de parfait supporter. Le noir, couleur locale est mélangé aux verts irlandais et sud-africain, au jaune australien, aux bleus français et argentin, aux rouges tongien et gallois, aux blancs fidjien et anglais…  Auckland : ville cosmopolite, le monde est en union !

9 Septembre 2011, 19h30 dans les tribunes de l’Eden Park à Auckland, 17h30 sur le port de Sydney, 9h30 au Trocadéro à Paris et 8h30 au Trafalgar square à Londres

La cérémonie d’ouverture débute dans le stade à quelques kilomètres du centre ville d’Auckland toujours aussi animé… les bières coulent à flots depuis bien longtemps et certains même ont déjà raté le début des festivités. Pendant ce temps, à 16.000 kilomètres, l’Europe du rugby  se réveille avec des chants maoris et des rêves plein la tête voyant leurs équipes respectives l’emporter. Une heure plus tard, après le fameux haka, exécuté par l’équipe hôte, place au jeu.

Le décompte est donné, 5, 4, 3, 2, 1… Dan Carter, joueur emblématique des All Blacks, est le premier  à botter le ballon pour le coup d’envoi de ces 7 semaines de rugby. Il sera aussi le premier à  esquisser un large sourire à la fin du match, aisément remporté face au Tonga…

10 Septembre 2011, 7h30 dans les rues d’Auckland

« Hangover… Gueule de bois » Auckland pour la première fois de son histoire se réveille en comprenant la signification de ce mot. Cette ville ordinairement si calme a vu la nuit dernière des milliers de gens défiler et fêter sûrement un peu trop… La ville est nettoyée à grand coup de karcher alors que des gens encore tout peinturlurés déambulent difficilement l’air agar. Le rugby s’implante ici pour 7 semaines.

8 Octobre 2011, 18h00 au même endroit

Un mois plus tard, la première phase et les premières rencontres viennent de se terminer consacrant les équipes favorites sans trop de surprise. L’avenir donnera un seul vainqueur entre ces équipes : l’Irlande, le Pays de Galles, l’Angleterre, la France, l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine.

La planète ovale commence à annoncer ses favoris pour le titre : l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande semblent bien placées mais le chemin est souvent parsemé d’embuches, les six autres équipes n’ayant encore rien lâché. Ce premier mois est une réussite pleine : l’échange culturel bat son plein, les drapeaux aux couleurs des équipes nationales flottent, les sourires claques. Le pays hôte y est forcement pour beaucoup : le néo-zélandais kiwi étant si chaleureux et dévoué.

Quoi qu’il arrive malgré encore quelques matins difficiles les prochains weekends, l’essai est déjà plus que transformé pour la Nouvelle-Zélande… et peu importe le résultat sportif… du moment que les néo-zélandais gagnent !

%d bloggers like this: