+855 (0)974 638 616 [email protected]

8 mai 2014, Siem Reap, Cambodge.

Au Cambodge, le jour de son mariage l’épouse se doit être la plus belle  selon les critères de beauté et traditions du pays. Pour ce faire, tous les artifices sont autorisés.

Le mariage traditionnel khmer

Autrefois, les mariages duraient jusqu’à une semaine selon le rang social des jeunes mariés. Aujourd’hui, les jeunes époux enchainent les cérémonies deux à trois jours durant, changeant tenues et coiffures à chacune d’entre elles. Les mariages se déroulent généralement après la récolte du riz, saison la plus prospère pour les familles, entre janvier et avril.

La vieille du mariage, une tente est dressée devant la maison des parents de la mariée signifiant que la fête est en préparation. Afin d’être sûr que tout le voisinage (et bien au-delà) soit bien informé du mariage de la jeune cambodgienne, le lendemain aux aurores, les hauts parleurs dirigés aux quatre points cardinaux saturent au son des chants traditionnels khmères.  Les voisins cambodgiens en ont l’habitude et ont déjà eux même marié leur fille, il ya quelques semaines mais les étrangers râlent déjà dans leur lit à 5 heures du mat’ pétantes. Ces derniers ne rêvent maintenant que d’un weekend au bord de la mer, au calme.

Sous la tente, dans un vacarme intolérable pour toutes bonnes oreilles, après que le cortège nuptial parti de la maison du marié soit arrivé chez la mariée, les deux jeunes époux ont droit à une première cérémonie, celle de la coupe de cheveux. Les parents et invités coupent les cheveux des mariés avec des ciseaux en or apportés par les anges afin de purifier les âmes et les corps avant l’union. Quelques minutes plus tard, les jeunes mariés se changent pour une autre cérémonie puis se changeront encore et encore…

Poudres et artifices, les traits sont figés

Fond de teint, bigoudis, vernis à ongle, bijoux chatoyant, robes rouge, jaune, blanche, bleue… La jeune épouse passe entre les mains de l’esthéticienne, de la maquilleuse, du coiffeur et de la costumière tout au long de ces deux journées changeant plus d’une dizaine de fois de tenue pour que Madame soit la plus belle.

Cependant, les critères de beauté imposent aux jeunes cambodgiennes, qu’elles aient le jour de leur mariage une peau la plus pâle possible, elles qui ont une si belle peau ambrée. Pendant plusieurs semaines, elles évitent tout contact avec le soleil portant gants en laine, chapeau, manteau malgré les 35° ambiant. Elles se badigeonnent de poudre de perlimpinpin qui soit disant blanchit la peau.

Le jour du mariage, les femmes sont recouvertes d’une couche épaisse de fond de teint, masquant leur véritable beauté – Il m’est arrivé lors de mariage de ne même pas reconnaître la mariée qui m’avait pourtant invitée quelques jours au préalable – Les expressions du visage sont figées et les femmes ressemblent toutes à cette même poupée blanche sans expression. Ces faces immuables sont à l’image de ces cérémonies très ou trop traditionnelles où la spontanéité et le bonheur semble absent.

De fait, le photographe que je suis qui privilégie les photos humaines et spontanées ne peut malgré tout ma bonne volonté arriver à faire des images comme tout est calculé au geste près. Le photographe officiel et le cameraman imposent même aux mariés chacun à leur tour les postures idéales à avoir ! Enfin, j’aurais essayé et souhaite aux jeunes mariés tous mes vœux de bonheurs.

%d bloggers like this: